Roc d'azur 10/10/2010

October 2010 modifié dans VTT
De retour du Roc d’azur depuis mardi après plus d’une semaine passée sur place à rouler sur les chemins dans les collines du massif des Maures, en court, au sec, avé les lunettes de soleil (avé l’accent et le rosé). Le pied !

Super salon du cycle (je suis devenu accroc du Look 695SR , ma femme moins….) et super show autour de l’événement : coupe du monde de BMX, slopstyle, bike park avec des modules monstrueux ou les gars s’envoi des figures de folies. Spectacle aussi avec les courses qui commencent dès le jeudi avec les cadors sur le marathon 83km, les tandems, les masters, ect….

Les baignades en mer, j’vous en parle pas :mrgreen: .

Bref, si vous aimez un tant soit peu le vtt et que vous avez quelques jours à prendre au mois d’octobre, faites le au moins une fois c’est vraiment du tonnerre :ok: .

C’était mon 6ème Roc et je suis déjà inscrit pour l’année prochaine (plus de 600 inscrits pour 2011 à ce jour ce qui correspond déjà à un départ en 3ème vague !).

J’étais, en ce qui me concerne, engagé sur l’épreuve phare, celle du dimanche matin, le Roc d’azur 56km. 1800 mètres de D+, départ en 2ème vague (la 1ere est réservée aux élites), 9 vagues de 500 coureurs en tout, temps venteux et gris pour la course. Objectif : faire mieux que l’année dernière soit en dessous de la 430ème place.

J’arrive suffisamment tôt avant le départ ce qui me permet de me positionner sur la 2ème ligne. Le speaker fait monter la pression avant le départ, l’helico presse se positionne en vol stationnaire au dessus du peloton et pan! au coup de pétard ça part à bloc. Rien que le départ est un grand moment !

Le départ sur la base nature de Fréjus offre un large champs et du plat pendant 4 bornes environ avant d’attaquer le massif. Je me cale dans les roues et reste au chaud aux alentours de la 30ème place. Le départ est bon et me permet d’éviter l'entonnoir au franchissement d’une passerelle qui ne permet le passage que ….d’1 coureur à la fois. Puis on attaque les choses sérieuses, un portage pour attaquer la pente, puis, durant tout le parcours dans le massif, succession de bosses usantes, de descentes ou rapides ou techniques mais toujours un régal, de pistes, de single-track au milieu des arbousiers et des chaines lièges, de panoramas grandioses qui surplombent le golf de St Raphaël (la mer hein, pas le terrain :lol: ) et un public toujours en nombre dans le fameux col du Bougnon qui profite des noms affichés sur les plaques et de la vitesse réduite par le pourcentage de la pente pour encourager un à un chaque concurrent par son prénom. Tout le monde est un peu entamé au passage de cette bosse mais l'ambiance fait que tu retrouves du jus pour cavaler.

Je gère ma course au cardio, d’abord en restant en dessous du seuil sur le 1er tiers du parcours, puis, pour ne rien regretter, je fais le reste en donnant tout ce que je peux.

Résultat, je termine en 3h21 à la 378ème place. Content donc d’avoir fait mieux que l’année dernière. Le 1er met 59 minutes de moins (quand même !), le monsieur tout de même pro et est régulièrement bien classé sur les manches de coupes du monde. Ce qui est d’ailleurs aussi le cas de ses plus proches poursuivants. Le dernier mets plus de 8h00 (ça me rassure :D ).
Et, s'il vous plait, je finis 5 minutes devant MMs Miguel Martinez et Richard Virenque! bon d'accord le Richard il a pris un peu de brioche et il l'a fait sans entrainement; On m'aurait menti? :mrgreen:

Il me reste 6 minutes à grappiller pour rentrer dans les 300 premiers synonyme de départ en vague élite l’année suivante. Y’a rien à faire, faut que j’y arrive, du coup j’y retourne en 2011 ! Avis aux amateurs.

Réponses

Ajouter un commentaire

bolditalicunderlinestrikecodeimageurlquotespoiler